Le Secrétaire Général de l’Organisation des Conducteurs de Taxi-villes du Communes du Bénin, Chargé de communication du COSYCOTRAB Abraham AGBOAKOUNOU apporte des clarifications au type d’information qui circule depuis près d’une semaine dans certains journaux et réseaux sociaux dont le titre est “Gestion des Gares routières: des Taxes abusives en toute impunité”.

Un article dans lequel nous avons été cité en notre qualité de de chargé de communication.

D’entrée, nous allons invité ces presses ou les personnes qui relaient cette information de prendre les propos des gens dans son intégralité et non en verre c’est-à-dire couper une phrase dans un chapitre.

Comme il est conseillé, il faut lire la bible ou coran par chapitre ou tout au moins par paragraphe. Lire juste un verset sans lire la suite peut controverser l’intention du prophète dans son écrit et ceci ne fera pas du bien au peuple que vous diriger.

La Presse en ligne “banouto” du 29 Janvier 2020, Me BIDIA Marie-Louise Félicité qui est passé dans nos locaux pour un entretien, nous lui avons dit ceci: “les tickets de cotisation syndicale sont placés sur les gares routières depuis des décennies et ceci fait suit à l’assisse de l’INFOSEC en 2005 qui a eu un document qui fixe le placement sur les gares routières.

Concernant le montant perçu, le Collectif n’a jamais demandé un tel recouvrement: nous avons les cotisations syndicales qui sous la tutelle de la faitière, les syndicats placent à leur tour de travail. COSYCOTRAB n’a jamais placé des tickets directement sur une gare routière. Je prprécise une fois encore que mes propos sur la question faisait comprendre que le placement des tickets sur les gares routières n’est pas d’aujourd’hui et ceci cadré par des textes qui jusqu’à ce jour n’ont pas été modifié. Pour la redevabilité, je pense que chaque syndicat fait la rédition des comptes à chaque conseil syndical ou congrès statutaire à ses membres.

Les suppléments de frais est fait par la base que nous ne constatons pas souvent parce que chaque syndicat a son autonomie de fonctionnement dans le collectif.

Au tour d’un syndicat, il y a un personnel qui se charge de la gestion d’arrivée des conducteurs, du suivi des activités, la gestion des dossiers courants et administratifs.

Toute une administration à la base. De ce fait, les responsables de base se fixent eux-même un montant participatif pour gérer cette administration.

Au moment que l’information des tarifs élevés est porté à notre connaissance, le Président a fait des descentes sur les gares routières indiquées pour demander aux responsables de corriger ce comportement.

Aujourd’hui, le collectif mène des séances internes pour corriger les dysfonctionnement qu’ont mené certains responsables sur les gares routières.

source: Ccom/COSYCOTRAB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *