Au lendemain du classement de notre pays premier de la sous région zone CEDEAO pour la libre circulation des personnes et des biens, le gouvernement a lancé un contrôle routier pour la conformité et le respect des prescriptions routières en République du BENIN;

Cette opération assumée par notre police républicaine est un véritable calvaire pour les Conducteurs de véhicules de Transport de personnes.

  • Dans un premier temps, vous n’êtes pas interpellés sur le lieu une infraction. Les agents avancés à des endroits communiquent votre immatriculation au prochain carrefour ou sont logés une équipes de policiers qui vous prend un créant un petit bouchon de la circulation.
  • Une fois interpeller, le livret de Bord est retiré, le véhicule vidé de ses passagers et conduit au commissariat le plus proche causant un bouleversement psychologique aux passagers en mouvement pour une destination X ou Y. Sans aucune fiche de retrait, le conducteur doit passer toute la journée à attendre la fin de l’opération ou le lendemain pour venir chercher la fiche de verbalisation et se rendre au Trésor pour paiement avant de rêver la récupération de son véhicule

Depuis des années déjà, lorsque pour un contrôle ou autre vous êtes interpellés et qu’on ne constate pas un défaut d’assurance, on vous délivre une fiche de retrait et vous vous rendez au commissariat de police, avec une validité entre 48h et 72h pour le payement des frais d’infractions et la fourrière. Cette méthode qui d’ailleurs est la meilleure se voit disparaître sous la rupture?

La fiche de retrait doit-être disponible sur les lieux de contrôle.

Nous prions le Gouvernement par les ministères en charges de cette opération de contrôle à réorganiser le dispositif policier pour une bonne circulation des personnes et des biens sur nos routes.

Source: C/com OCTaViC-BENIN.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *